Retour aux sources

Portrait Jean-Claude siteC’est parfois important pour chacun, de tourner le regard vers le passé, et de revisiter nos sources ; nos sources d’existence ; nos choix importants, qui ont orienté notre vie pour toujours ; les événements majeurs qui ont fait que nous voici tels que nous sommes, aujourd’hui ; cela peut éclairer le chemin de demain ; si l’on peut, saisir le fil d’argent, qui se dévide au milieu de tous les hasards et les ratés, mais qui donne sens quand même à ce que nous avons vécu, et qu’on peut prolonger dans l’avenir. Difficile pour une personne qui ne perçoit, à l’origine de sa vie, que du hasard, de la violence, du mensonge ; quelle grâce, alors, de croire qu’il y a, au milieu de tout ce gâchis, une Présence aimante qui nous a été fidèle ; et de pouvoir nous tourner vers l’avenir avec confiance. Les français aiment bien fêter le 14 juillet ; savent-ils pourquoi ? Et le 11 novembre… Pour ne rien dire de nos arbres généalogiques !
Le peuple d’Israël aime beaucoup, je crois, au milieu des pires épreuves, se retourner vers son passé fondateur : la sortie d’Egypte, la libération de l’esclavage, et l’accession à la liberté, et à l’Alliance avec Dieu, sous la conduite de Moïse ; pour les juifs croyants d’aujourd’hui, c’est un retour aux sources qui donne sens, et permet de vivre. Les chrétiens aussi se retournent vers leur passé fondateur : Abraham et Moïse, certes, et Jésus, dans sa mort et sa résurrection. La résurrection de Jésus nous tourne vers notre propre résurrection, dans la lumière bienheureuse des rencontres à venir. C’est important pour nous aujourd’hui, de nous souvenir – à Noël – que notre fondateur est Dieu, né comme un homme ; et de faire mémoire vivante – à Pâques – qu’il s’est laissé martyriser, sans tuer personne, et mourir sur une croix ; nous ne sommes pas les adeptes de la mort et du tombeau, mais de la vie : ce mort est Dieu lui-même, qui ne peut se laisser pour toujours emprisonner dans un cimetière.
Percevoir, puisque Jésus n’a rien laissé d’écrit, comment les Evangiles nous ont été donnés, par la génération des apôtres qui ont vécu avec lui pendant presque trois ans ; c’est important pour nous, chrétiens, puisque les Evangiles sont la référence de notre foi. Depuis plus d’un siècle, beaucoup de travaux ont été réalisés – et ce n’est pas fini – pour nous permettre d’y voir plus clair ; oh ! on a dit beaucoup de bêtises, beaucoup d’hypothèses invérifiables ; que de disputes et d’incompréhensions et de condamnations entre intellectuels ! mais n’empêche, la lumière fait son chemin, et l’Evangile est toujours là, bien vivant. Les musulmans auraient sans doute intérêt à faire le même travail : l’histoire de Mahomet, et la composition du Coran, des « hadiths », et de la tradition ; on nous dit que c’est un travail interdit ; mais la lumière de la vérité fait toujours son chemin dans le coeur et l’intelligence des hommes de bonne volonté.
En tout cas, si nous voulons vraiment retourner vers nos sources, c’est sûrement une bonne chose ; mais pour un tel voyage, il est prudent de prendre d’une main, Jésus, le Vivant, et de l’autre, Marie, la Vivante : une bonne compagnie, qui ne peut nous faire défaut ! p. Lenain 3 avril 2016