Dieu se manifeste aux hommes dans l’humain le plus vrai.

Les chrétiens catholiques fêtent aujourd’hui l’Epiphanie, ou manifestation du Seigneur Jésus : la visite que firent à Bethléem des mages venus « d’Orient » à Jésus encore tout bébé, quelques temps après sa naissance ; quand on regarde la carte du Moyen-Orient, l’Orient, c’est l’Est, c’est-à-dire la péninsule arabique. Prenons l’histoire comme Matthieu la raconte dans son évangile ; et supposons que ces hommes venaient du Yémen.
Les historiens nous disent que la population arabe de l’ensemble de la péninsule abritait alors des colonies juives. Quand les mages – hommes de science de l’époque – ont repéré dans le ciel une « étoile » inhabituelle, ils l’ont mise en rapport avec la Bible, qu’ils devaient connaître, et plus précisément avec la naissance d’un roi de l’avenir, comme l’annoncent magnifiquement plusieurs prophéties bibliques ; certaines vont jusqu’à préciser le lieu de naissance : Bethléem ; peut-être étaient-ils encouragés dans leur recherche par des juifs de leur région, qui les aident à comprendre que l’événement de l’étoile est sûrement d’ordre mystique – non scientifique, et donc, à ne pas rechercher dans le catalogue des comètes ! Et comme le mouvement de l’étoile semblait les y inviter – j’en parle comme si j’y étais !, ils se sont mis en route pour la suivre ; et dirait-on, sans leurs amis juifs, qui eux, restent prudemment chez eux. Et les voilà rendus à Jérusalem ; que viennent-ils chercher dans cette ville ? Pourquoi ne vont-ils pas directement à Bethléem ? Où est donc passé l’étoile ? Il semble qu’elle ait disparu. Et pourquoi ?
J’aime voir ceci : ils s’attendent à un fils de roi ; les rois sont dans les palais ; ils prennent donc l’initiative de venir à Jérusalem pour trouver un palais dans lequel est né un fils de roi ; mais ce faisant, ils n’obéissent pas à l’étoile, qui disparaît ! Or, voici qu’il n’y a pas de bébé-roi à Jérusalem. Les théologiens consultés leur indiquent d’après l’Ecriture, ce qu’ils savaient sûrement déjà : le petit village de Bethléem, à 15 km au sud de Jérusalem. Alors l’étoile réapparaît et les conduit jusqu’à une humble maison où ils trouvent, enfin, l’enfant et sa mère. Et ils s’inclinent devant lui, en lui offrant ce qu’ils ont de plus précieux : de l’or, comme à un roi, de l’encens, comme à un Dieu, et de la myrrhe, le parfum pour les morts.
Ainsi donc, Dieu se manifeste, au bout de la recherche humaine, non dans la richesse et la gloriole des palais, mais, avec l’aide de sa Parole – la Bible – et de son Esprit – l’étoile !-, dans l’humain le plus vrai. C’est sûrement une grande indication pour nous ! p. Lenain – 3 janvier 2015.